Gardez vos jardins où coulent le lait et le miel. Gardez vos récompenses et votre butin. Gardez vos femmes soumises, sur lesquelles nul n'a jamais mis la main. Gardez vos promesses de vie éternelle, et vos verts pâturages.

Gardez vos trésors au Ciel...

En vérité je vous le dis vos récompenses, vos mirages, ne m'intéressent plus. Peu importe si ma vie prend fin avec celle de mon corps. Peu importe si je ne saisirai jamais les mystères de cette vie.

Mes actes ne seront pas un laisser passer pour l'autre monde.

Je ne ferai pas le bien pour faire le bien, comme un enfant qui repasse sagement ses leçons avant l'examen.

Je ferai ce que je sens être bon, sans espérer un au-delà meilleur, tout en cherchant le divin dans l'infiniment bon humain.

Alors, Dieu...

Garde-moi de tes prophètes.

Garde-moi de toute cette hypocrisie et de ces théologies qui veulent à tout prix donner un sens, une direction à ceux à qui elles parlent.

Je ne veux pas me perdre dans les dédales de leurs villes saintes, de leurs royaumes célestes qui n'évoquent pour moi que des murs se dressant entre nous.

Soutiens mon bras au moment où je faillis, et arme mes reins. Ma vie est pour aujourd'hui et demain, et peut-être ma mort sera la fin.

Mais quel plaisir cela aura été d'être, et sans doute, un peu, de te connaître.

Amen